Jean D’Ormesson, l’incarnation de la culture française

2048x1536-fit_jean-ormesson-avril-2012« Dans la vie comme en littérature, en peinture, en musique, dans tous les arts, l’ennui est la pire des choses. Il faut le fuir à tout prix. C’est le père de tous les vices. »

Jean d’Ormesson

Jean D’Ormesson, Académicien moderne et ouvert sur le monde, représente à lui seul la richesse de la culture française. Portrait d’un homme plein de surpirses.

Haut fonctionnaire, journaliste, Jean d’Ormesson dirige Le Figaro entre 1974 et 1977. Moderne académicien, il propose la candidature de Marguerite Yourcenar, première femme à entrer à l’Académie Française. Jean d’Ormesson est également un écrivain prolifique.
D’abord philosophe, il est imprégné de la pensée de Descartes, Hegel, Spinoza, Kant, Alain et Marx.
L’homme de Lettres s’inscrit dans la tradition des classiques, dont il retient cette façon de parler de soi tout en tenant le « moi » pour haïssable.
Parmi ses auteurs favoris, il cite Homère, Corneille, Racine, Toulet, Proust, Aragon, et il donne une place primordiale aux « Mémoires d’Outre-Tombe » de Chateaubriand.
La manière dont il insuffle un peu de sa vie dans ses écrits est teinté d’insouciance et de joie de vivre. C’est aussi l’art du sourire dans la douleur, art que l’écrivain a pu apprendre en traversant un siècle de tragédies. Amoureux de la conversation, Jean d’Ormesson cultive une humilité qui rend à son immense culture une discrétion aristocratique.

 

Pour retrouver le portrait complet :

Source : http://www.linternaute.com/sortir/livre/interview-auteurs/jean-ormesson/jean-ormesson.shtml